April 10, 2010

L'Atelier 3




Finalement, petit à petit, tu vas connaître mon atelier aussi bien que moi. Et moi encore mieux. Pas que toi !, juste moi, ça m'aide à ouvrir les yeux. Fou comme on peut avoir autant de choses autour de soi sans jamais les voir vraiment ! Extérieur et intérieur, cela va sans dire.

Sur la table basse récemment achetée à la Redoute... J'me suis planté sur la couleur. Si, un daltonisme héréditaire. Mon père en était atteint, avant je ne sais pas et je ne saurai jamais car ce côté italien de la famille a disparu corps et biens et va savoir où ils sont. Près de Florence a priori, ou encore dans le maquis, mais rien n'est sûr si longtemps après. Enfin bref. C’est la vie et tous ces tralalas, trois p'tits tours et puis s'en vont ! Mortalité quand tu nous tiens...

Sur ma table basse qui a choisi son coloris, il y a donc une sculpture toute particulière. Oui, revenons au présent : un homme fait d'un seul fil de fer vert en équilibre sur une jambe, les bras grands ouverts et la tête levée vers le ciel. Oui, un flot de symboles et un magnifique signe qui a trouvé sa place tout seul bien entendu. Avec le hibou, il a beaucoup voyagé jusqu'à ce que l'artiste elle-même lui donne son espace. Comme il ne tenait pas bien debout, un défaut qu'elle surveille désormais ... d'ailleurs elle l'a même pas signée... J'suis dégoûté ! On l'appelle Fanou et je l'ai découverte il y a longtemps déjà. Elle a ça dans le sang. L'avant-dernière fois qu'elle est venue, elle m'a offert cette sculpture, une innovation dans son oeuvre !, l'exemple même d'un artiste en train de trouver sa voie... J'ai donc posé sur son socle un globe en cristal, le bouchon cassé d'une des carafes de ma grand-mère, elle n'a pas du aimer, la possession était son credo.

Dans ma vache-cendrier achetée à l'hôpital, j'ai mis les allumettes de JM, pour ne pas le citer. C'est "mes jambes". Moi je compose, lui va me chercher mon tabac. Je lis mon courrier qu'il m'apporte. Je travaille, il rénove ma maison. Ho pas trop vite bien sûr ! On est dans le sud. Mais enfin ça se fait, "mes jambes" a pris les tâches en main. Remarque je le pousse bien et dans le bon sens.
C'est le genre de type qui a fait toutes les conneries possibles ! Sans un rond, branché sur le compteur du voisin, qu'attend des heures assis devant l'épicerie de Sihem, qui boit plus de bière que son pinceau de peinture... Et j'en passe ! Et j'observe... Ma table basse. Tous les alcools à portée de mains, les carafes promesses d'ivresse, le cendrier jamais vide. C'est pour ça que je l'aime bien mon JM. L'a tout fait, fait tout encore et c'est pas près de s'arrêter malgré ces 52 ans ! Il me ressemble quelque part, s'il savait tout ce que j'ai fait et ne lui dirai jamais.

Et puis, il y a mes livres préférés. Et un gros pot à stylos et deux carnets en attente dont un déjà bien entamé, et un éléphant bleu harnaché d'étoiles, un scarabée d'or, salut Jung !, un plateau oriental qui reçoit mes verres...




Comme ça, on dirait qu'elle est surchargée mais il n'en est rien, elle va bien, car il lui reste encore assez d'espace libre pour que son bois respire, et il en sera toujours ainsi, le vide donne de l'air.

Bref, c'est une table basse, de salon, normale, à bas prix. Mais à chacun sa vision des choses. Et vive la magie !

No comments: