August 18, 2010

Du créateur



Le vrai problème du créateur, hormis sa passion dévorante, son impossibilité à faire autrement, sa mission non choisie, c'est que lorsque l'humain normal tourne à 60 000 pensées par jour, il en est au double. Toujours une idée, un mot, une pose qui lui parle, très fort pour lui faire oublier tout cet argent dépensé, ce temps aussi sans compter, ces efforts surhumains si souvent peu couronnés de succès.

Créer c'est être béni et maudit à la fois. Combien de moments de grâce en comparaison des désespoirs perpétuels de ne pas être parvenu à l'oeuvre, de n'avoir pas suscité de bravos, alors que l'on y croyait... Dans un monde où seul le marketing prime. Car créer c'est faire savoir, et tout est formaté, l'édition c'est comme un coffre-fort que t'essaies d'ouvrir pour y déposer ton dossier avec un trombone.

Alors pour mieux faire, et que vienne enfin cette foutue inspiration !, on a tous nos tics et tocs.

Moi, j'écris souvent nu, la terre, le rouge pas trop loin, l'eau, les clopes à côté, le feu, et le téléphone depuis mon passage à l'hosto, elles aiment bien m'appeler. Je suis leur Nutella, je les apaise, sans faire exprès. Je suis leur doux nuage, leur écrivain préféré, car je les ai écrites pour la postérité.

Quand l'inspiration descend je regarde le rouge en plastique. En calmant mon cerveau chimiquement perturbé et les douleurs qui me lancent, peut-être m'aidera-t-il à la retrouver. Et si je me roulais une clope ? Le temps qu'elle remonte ? Ainsi je la cherche et rarement la trouve.

L'inspiration est dégueulasse ! Pire qu'une aiguille dans une botte de foin. Et pas question de la brûler, tu te grillerais le cerveau. Quand tu l'as, impossible de lui résister, quand elle s'en va tu gémis et tu pleures, pourquoi si tôt ?, reviens !!!... Et tu en crèves jusqu'à sa prochaine fulgurance. Alors tu redeviens son scribe, tu essaies de la suivre mais elle a des bottes de sept lieues et tu n'as pas le temps de tout noter, cadrer, peindre ou sculpter. C'était génial mais elle est partie trop vite.

C'est pour ça que tu remarqueras que tous les créateurs ont toujours un carnet et un stylo sur eux. Quel que soit leur métier, car artiste en est un sacré, ils ne peuvent laisser une inspiration leur échapper. Ne serait-ce qu'une bribe. Et parfois quelques mots ou un croquis suffisent pour qu'elle revienne. En tout cas, de quoi redevenir plus paisible, c'est écrit, on s'en souviendra. Dans le flot de pensées innombrables, enfin une que l'on retiendra.

Je suis un créateur, comme chacun d'entre nous ici. Alors j'ai 120 000 pensées par jour, au point d'en être tombé malade car elles ne sont pas toutes belles. Mais je m'en fous ! Je suis ainsi et enfin qui je suis. J'accepte d'en chier. Ça en vaut le prix.

No comments: